Crédit professionnel : est-il accessible aujourd'hui ?

La situation dans la France post-crise

Une des principales difficultés rencontrées par les créateurs d'entreprise d'aujourd'hui est le financement. En effet, après la crise internationale de 2008, les banques avaient cessé de prêter à ceux qui ne pouvaient pas présenter d'importantes garanties. Sept ans plus tard, qu'en est-il ? Si vous réfléchissez à créer votre entreprise en franchise, nous faisons le point pour vous sur la situation du crédit professionnel.

Qu'est-ce que que le crédit professionnel ?

Aussi appelé « prêt pro », et parfois « proprêt », le crédit professionnel est un financement exclusivement destiné aux entreprises. Ses bénéficiaires incluent les agriculteurs, les artisans, les auto-entrepreneurs, les associations, les commerçants, ainsi que les professions libérales et médicales. Un prêt professionnel peut être contracté pour le lancement d'une nouvelle activité, ou pour financer des besoins en immobilier, en équipement ou simplement en trésorerie. Ainsi, ce crédit contribue au développement des entreprises, participe à la liberté d'entreprendre et encourage la création d'emplois.

Tous les établissements financiers accordent des crédits pro à leurs clients. Vous pouvez vous adresser à votre banque personnelle, avec qui vous avez déjà une relation de confiance, mais il est toujours intéressant de comparer les offres. Travailler avec un service de courtage en crédit peut ici s'avérer extrêmement utile.

Le crédit pro en 2016

La crise économique est certes derrière nous, mais tous les marchés ne s'en sont pas encore entièrement relevés. Cela est en partie dû à la réticence des banques à financer les projets de création d'entreprises qui leur paraissent trop risqués. Encore aujourd'hui, certains établissements n'hésitent pas à exiger que le porteur du projet cautionne son emprunt à titre personnel.

En cas d'échec de l'entreprise, les conséquences sur le patrimoine d'un entrepreneur peuvent être très graves. Pour éviter de prendre de tels risques, vous devrez vous assurer que vous constituez un dossier en béton, susceptible de rassurer vos interlocuteurs.

Nos conseils pour avoir toutes vos chances

Que vous passiez par l'intermédiaire d'un courtier ou non, vous devrez convaincre la banque à laquelle vous vous adressez de la viabilité de votre projet de création d'entreprise. Respecter les règles établies est ici vital ; une commission de crédit aura du mal à croire au sérieux d'un entrepreneur qui n'a pas bien préparé son dossier. Ainsi, votre business plan et votre compte prévisionnel devront être sans faille, et démontrer que vous avez étudié la question sous tous les angles et anticipé les problèmes aussi loin que possible. Enfin, ne négligez pas de joindre au dossier toutes les pièces et justificatifs requis.

Si vous envisagez de vous lancer dans une création d'entreprise en franchise, vous disposerez d'un avantage non négligeable. En effet, les banquiers savent que les chances de réussite d'une entreprise franchisée sont supérieures à celles d'une affaire indépendante. En outre, beaucoup de franchiseurs accompagnent leurs candidats aux entretiens avec l'établissement financier choisi afin d'appuyer leur demande. Certaines enseignes ont même noué des partenariats avec leur établissement financier pour négocier des conditions avantageuses à leurs nouveaux franchisés.

Derniers articles de la rubrique